L’endettement de l’entreprise : élément positif ou néfaste ?

L’emprunt est un facteur économique important et souvent indispensable à la croissance de toute entreprise. Il est un moyen de développer la compagnie à travers des possibilités d’investissement, de financement, de recherche et de développement etc.

Néanmoins, l’emprunt peut vite devenir un danger pour les entrepreneurs qui ne savent pas maîtriser et gérer leur niveau d’endettement.

Passer de l’endettement au surendettement, il n’y a qu’un pas à franchir et cela peut conduire à la fragilisation de l’entreprise voire à la faillite. C’est la raison pour laquelle le taux d’endettement représente un véritable dilemme pour de nombreux dirigeants de société.

La dette est-elle positive ou néfaste pour une entreprise ? Quel est le niveau d’endettement maximal qu’une entreprise peut atteindre ?

Dans cet article qui suit, nous tenterons de vous montrer l’importance de la dette dans l’entreprise et les clés pour maîtriser et adapter votre niveau d’endettement.

Tout savoir sur une entreprise endettée

Que signifie l’endettement d’entreprise ?

L’endettement est un terme qui désigne une situation marquée par une accumulation de dettes, c’est-à-dire de sommes qu’une personne, physique ou morale, est tenue de rembourser à un créancier. Lorsque l’endettement devient trop important, on parle alors de surendettement.

Dans le monde de l’entreprise, l’endettement est un élément lié aux investissements réalisés, ces derniers nécessitant un certain nombre de créances à long terme. Qualifié de net, il équivaut au solde des dettes financières après déduction des liquidités d’un côté, du disponible et des placements financiers de l’autre.

Quelle est la nature des dettes ?

L’endettement d’une entreprise ne se limite pas seulement aux emprunts effectués auprès des partenaires bancaires, elle prend en compte l’ensemble des dettes que la compagnie sera amenée à rembourser dans le cadre de son activité.

On peut citer par exemple :

Les dettes d’exploitation à court terme (essentiellement les crédits fournisseurs)

Les dettes à court terme hors exploitation (l’impôt sur les sociétés, les cotisations sociales dues à l’URSSAF, ainsi que les avances et acomptes reçus sur commandes)

Les dettes bancaires de court terme

Les dettes de moyen terme et long terme (emprunt de plus d’un an, obligations pour les entreprises cotées).

Quel est le rôle de l’endettement en entreprise ?

La dette est importante dans la survie de l’entreprise car elle permet à la compagnie de profiter des opportunités financières et stratégiques qui se présentent sur le marché.

Les sociétés ont recours à la dette lorsqu’elles ne possèdent pas suffisamment de capitaux propres disponibles ou que la dette forme un moyen plus économique de financer des projets.

En gestion financière, les dettes se distinguent selon leur niveau d’exigibilité :

Les dettes de court terme (passifs à court terme) qui serviront à financer l’actif à court terme aussi appelé besoin en fonds de roulement (BFR),

Les dettes de moyen et long terme (passifs à long terme) de leur coté sont utilisées pour financer l’actif à long terme aussi appelé cycle d’investissement.

Les avantages de l’endettement d’une entreprise

L’endettement : un mode de financement de l’entreprise

Une entreprise a de multiples besoins de financement. Pour se financer, elle dispose de plusieurs solutions : l’augmentation de capital, l’autofinancement et l’endettement.

L’endettement de l’entreprise apparait dès lors comme un mode de financement du développement de l’entreprise permettant d’obtenir des bénéfices supérieur à la dette contractée.

Ceci permettra de faire face au Besoin en Fonds de Roulement (qui correspond au décalage permanent entre les encaissements et les décaissements) ou un décalage entre un investissement et les futurs cash-flows qu’il doit amener (les dettes à long terme).

L’endettement de l’entreprise : un effet de levier

Une entreprise peut recourir au financement de son développement par la dette, lorsqu’elle dispose d’opportunités comme de nouveaux marchés ou débouchés, le lancement de nouveaux produits etc.

L’utilisation de l’endettement permet d’augmenter la capacité d’investissement de l’entreprise et la rentabilité des capitaux propres investis.

Mécaniquement, lorsque une entreprise s’endette, les détenteurs des capitaux propres augmentent leur risque parce qu’ils devront en priorité rembourser les créanciers. Cette prise de risque accru, provoquée par l’endettement, mérite une rémunération supérieure. Cette technique est appelée l’effet de levier.

Toutefois, l’effet de levier augmente la rentabilité des capitaux propres tant que le taux de l’endettement est inférieur à l’augmentation des bénéfices obtenus grâce à l’emprunt. Dans le cas inverse, il devient négatif.

Pour réduire le risque pris par les établissements bancaires, il est important de le répartir en modifiant la durée et/ ou la rémunération de la dette, en réduisant l’exposition au risque par des cautions ou autres système de garantie (ce qui revient à réduire le niveau d’endettement).

Comment calculer l’endettement d’une entreprise ?

Ce n’est si pas compliqué de connaître et d’évaluer la santé financière d’une entreprise, il faut juste étudier sa structure financière puis calculer certains ratios : le ratio fonds de roulement, le ratio dette long terme, et le ratio d’endettement total ou levier financier.

Le créditeur qui souhaite se faire une idée sur la santé financière d’une entreprise, doit juger de l’équilibre entre l’endettement et les capitaux propres, car l’endettement n’est pas un élément destructeur puisqu’il permet à l’entreprise de se développer. C’est plutôt l’excès d’endettement (le surendettement) qui pose problème.

C’est pourquoi il faut calculer, entre autres choses, des ratios et des taux d’endettement, d’autonomie financière, et autres ratios qui permettent de comparer l’entreprise à d’autres entreprises similaires (secteur d’activité, taille, l’âge de l’entreprise, le revenu annuel…

Quel est le niveau d’endettement maximum ?

Il n’existe aucune règle concernant le niveau d’endettement acceptable qui est différent pour chaque dossier et pour chaque secteur.

Lors d’une création d’entreprise, les investisseurs misent sur une personne plus que sur un projet. D’une manière générale, lors d’une création d’entreprise, les banquiers demandent une participation du créateur pour environ 33 % du financement.

Au delà de ce pourcentage, l’emprunteur risque un excès d’endettement (le surendettement) et de se retrouver dans l’impossibilité de rembourser ses crédits.

Cependant, chaque banque et établissement financier ont leur propres taux d’investissement c’est-à-dire leur propre méthode de calcul.